Une histoire et un patrimoine riches

Bien avant que la Francilienne ne vienne croiser la Nationale 4 à proximité de notre commune, La Queue-en-Brie s'est toujours trouvée sur l'axe de circulation naturel et historique vers le site de Paris.

C’est pourquoi le territoire de la commune fut occupé et exploité de manière quasiment ininterrompue depuis l’époque paléolithique.

La Queue-en-Brie bénéficie ainsi d’un patrimoine archéologique très riche qui va des pierres taillées par les hommes préhistoriques aux objets retrouvés dans une nécropole médiévale aux pieds de l’église Saint-Nicolas . Cet édifice, inscrit aux Monuments historiques, remonte aux XI-XII èmes siècles. Il a fait l’objet de multiples travaux au cours des siècles. L’église est le cœur du vieux village au caractère typiquement briard. On y trouve aussi les vestiges d’une vieille tour médiévale, témoin de fortifications aujourd’hui disparues. Victor Hugo a fait de Phoebus le capitaine de cette forteresse de La Queue-en-Brie dans Notre Dame de Paris.
Un peu plus loin on peut admirer la forêt de Notre Dame et le château des Marmousets.

La Queue-en-Brie a aussi vu passer quelques personnages historiques.
Citons notamment le Maréchal Mortier, héros des campagnes napoléoniennes qui fut maire de La Queue-en-Brie de 1822 à 1830 avant de devenir ambassadeur puis chef du gouvernement en 1834.
Il y eu aussi Henri Rouart, peintre impressionniste et maire de 1891 à 1912.